Elchin Mammad | Credit: Mammad’s Facebook page

RAPID ACTION NETWORK

 Mercredi 6 mai 2020 / RAN 02/2020

PEN International est très inquiet de l’arrestation et du maintien en détention d’Elchin Mammad, journaliste, avocat et défenseur des droits de l’Homme. Le 30 mars 2020, quelques jours après la publication par Mammad d’un article critique sur la situation des droits de l’Homme en Azerbaïdjan, la police l’a arrêté à son domicile prétendant avoir trouvé des bijoux volés à son bureau. Le lendemain, le tribunal de Soumgaït a placé Mammad en détention provisoire pour 3 mois en tant que suspect. PEN International a la conviction que son arrestation et sa détention sont motivées par des considérations politiques.

« Depuis 2015, Mammad a fait l’objet de harcèlement et d’intimidation de la part des autorités pour son travail. PEN International craint qu’il ne soit à nouveau persécuté pour son reportage critique et ses activités relatives aux droits de l’Homme et demande sa libération immédiate et inconditionnelle, » indique Carles Torner, directeur exécutif de PEN International.

AGISSEZ : merci de lancer des appels :

  • Exhortant les autorités azerbaïdjanaises à libérer Elchin Mammad immédiatement et sans conditions ;
  • Demandant aux autorités azerbaïdjanaises de mettre fin à l’utilisation abusive du système légal pour persécuter les journalistes, les défenseurs des droits de l’Homme et les autres voix dissidentes, et de libérer immédiatement tous ceux qui sont détenus en prison pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’opinion et d’expression.

Envoyez vos appels à :

President of Azerbaijan Ilham Aliyev

19 Istiqlaliyyat Street, Baku AZ1066, Azerbaijan

Ou : https://en.president.az/letters/new_form

Envoyez des copies à l’ambassade d’Azerbaïdjan dans votre pays. Les adresses des ambassades peuvent être trouvées ici : https://embassy.goabroad.com/embassies-of/azerbaijan.

Merci également d’appeler votre ministre des Affaires étrangères ainsi que les représentants diplomatiques en Azerbaïdjan à évoquer le cas d’Elchin Mammad lors de forums bilatéraux ou multilatéraux.

Merci d’envoyer vos appels immédiatement. Vérifiez avec PEN International en cas d’envoi après le 20 mai 2020.

Merci d’informer PEN International de toute action prise et des réponses éventuelles.

Les membres de PEN sont également encouragés à partager les informations concernant Elchin Mammad et les actions de mobilisation sur les réseaux sociaux.

Contexte

Elchin Mammad est le fondateur et le rédacteur en chef du journal Yukselish Namine qui soutient les activités d’acteurs de la société civile en Azerbaïdjan. Ce journal publie des articles sur les droits de l’Homme, la liberté d’expression et de la presse ainsi que sur l’accès des citoyens à l’information, entre autres sujets. Actuellement, ce journal est publié uniquement en ligne. Avant de travailler pour Yukselish Namine, Mammad a été rédacteur et correspondant pour d’autres journaux.

En plus de ses activités de journaliste, Mammad est avocat des droits de l’Homme et président de SULESY (Social Union of Legal Education of Sumgait Youth), organisation qui fournit une aide juridique gratuite à des familles à faibles revenus et un soutien juridique à des ONG locales. SULESY organise également des activités de développement des compétences juridiques des acteurs de la société civile.

Depuis 2015, Mammad a fait l’objet de harassement et d’intimidation de la part des autorités. Il a à plusieurs reprises fait l’objet d’enquêtes judiciaires ou policières impliquant différentes infractions présumées. Dans ce contexte, Mammad a été interrogé et son domicile et son bureau ont été perquisitionnés à de multiples reprises.

La persécution de Mammad par les autorités azerbaïdjanaises suit un modèle dans lequel les voix critiques sont ciblées avec des arrestations motivées par des considérations politiques sur des accusations fallacieuses, une détention provisoire étendue et des peines privatives de liberté. Les conditions de vie dans les prisons en Azerbaïdjan sont très mauvaises, une situation probablement exacerbée par les mesures prises dans le contexte de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Les médias dans le pays font l’objet d’un contrôle gouvernemental strict et la majorité des acteurs indépendants ont été obligés de fermer ou de s’exiler. Ceux qui sont encore en activité font face à des raids de police, des pressions financières et à des poursuites à l’encontre des journalistes ou des rédacteurs sur de fausses accusations.

La répression menée contre les dissidents semble s’être intensifiée récemment, la pandémie de Covid-19 étant utilisée comme excuse pour menacer les voix de l’opposition. Le 19 mars 2020, dans son allocution annuelle à la nation à l’occasion de la fête de Novrouz, le président Aliyev  a promis « de nouvelles règles » pour la durée de la pandémie, menaçant de débarrasser le pays des « traîtres » et « d’isoler la cinquième colonne ».

Pour de plus amples détails merci de contacter Laurens Hueting, PEN International, email : laurens.hueting@pen-international.org