De la présidente du PIWWC, Zoë Rodriguez

Chers membres du PEN International WWC,

Il semble que c’était hier et paradoxalement aussi il y a des années que nos nous soyons réunies au Congrès de Pune en Inde l’année dernière. Un petit groupe d’entre nous s’est rencontré à Bled plus tôt cette année.

Deux tâches ont émergé du congrès de Pune:

1. La nécessité pour PEN International de veiller à ce que la programmation d’événements PEN reflète l’équilibre entre les sexes. Nous avons assisté à un programme public très dominé par les hommes à Pune. Le PIWWC a établi une liste de contrôle pour assurer la parité hommes-femmes. Je pense que c’est un moyen pratique pour nous de demander des comptes à PEN (et à d’autres organisations).

2. Nous avons convenu d’un partenariat avec le compte VIDA qui mesure la représentation des femmes écrivains dans les revues littéraires et les prix en Amérique. Grâce à PEN et au WWC, nous allons pouvoir diffuser cette initiative à un niveau mondial. Des centres du monde entier feront le décompte nécessaire pour nous permettre d’évaluer le sort des femmes dans différents pays. Nous avons eu une enquête similaire en Australie pendant plusieurs années après que notre prix national le plus prestigieux n’ait pas réussi à sélectionner ni une seule femme une certaine année. Les données statistiques ne raconteront pas seulement l’histoire de la représentation des femmes écrivains, elles seront également utilisées par PEN pour promouvoir un meilleur équilibre hommes-femmes auprès des rédacteurs en chef, des juges et d’autres personnes qui sont en position de militer pour le changement.

La sécurité des femmes écrivains est une préoccupation majeure de notre comité. Je suis profondément préoccupée par le traitement du gouvernement des Philippines de la journaliste respectée et cofondatrice du nouvea site en ligne Rappler, Maria Ressa. Elle a été accusée de cyber-diffamation. Nous suivrons de près son traitement par un gouvernement qui semble vouloir une guerre ouverte avec ses journalistes.

Moins de deux mois après notre rencontre à Pune, ma mère la poète, artiste et enseignante Judith Rodriguez est décédée. Elle était bien connue de beaucoup d’entre vous en tant que collègue de PEN et était très fière d’avoir été nommée vice-présidente de notre organisation. J’ai passé beaucoup de temps à trier ses papiers – à déterminer à quelle institution culturelle envoyer différentes choses – et, grâce à cela, j’ai pris plaisir à revoir sa vie professionnelle et créative riche et variée. Son dénominateur commun est son engagement en faveur de la justice sociale. Je peux voir pourquoi elle était si fière d’appartenir à une organisation qui lutte contre la haine, construit des ponts et encourage diverses voix, y compris les voix de femmes, pour qu’elles soient entendues et célébrées. Mon travail avec PEN et plus particulièrement avec le WWC est un moyen avec lequel je souhaite lui rendre hommage.

6

Commission des Nations Unies sur la Condition de la Femme, CSW 63 Rapport de Tsung Su

Le thème prioritaire de la CSW 63 «Protection sociale, accès aux services publics et infrastructures durables» met l’accent sur les résultats tangibles. La réalisation de ces objectifs requiert une volonté politique de la part des acteurs étatiques et des ONG.

Violence à l’égard des femmes (VAW) — Prostitution et pornographie

Le commerce du sexe, l’une des entreprises les plus importantes et les plus rentables aujourd’hui, est souvent associé au crime organisé. Des experts suédois ont discuté de la prostitution et de la pornographie dans le contexte de la violence à l’égard des femmes, une survivante du métier racontant son histoire personnelle.

Des études montrent que les travailleuses du sexe subissent fréquemment des agressions physiques, des abus psychologiques, des traumatismes émotionnels, des maladies sexuellement transmissibles, une faible estime de soi et des dommages psychologiques généraux. La plupart viennent de familles pauvres, de pays pauvres et de régions pauvres. Elles sont forcées ou vendues à des fins de prostitution.

La pornographie, sous forme imprimée ou en ligne, est un outil efficace pour le commerce du sexe. Avec une ingéniosité et une finesse de haute technologie, le système de propagande pornographique en ligne s’adresse à tous les goûts, y compris la violence, la dégradation et la torture des femmes et des enfants. Les délinquants sexuels sont souvent des consommateurs. L’industrie pornographique engendre et encourage la violence à l’égard des femmes.

Les abris comme sanctuaire

Dans la plupart des cas de violence à l’égard des femmes, un problème crucial auquel sont confrontées les victimes et les travailleurs sociaux est l’absence de refuges sûrs où les victimes et leurs enfants peuvent être protégés de tout préjudice supplémentaire.

De nombreuses ONG qui luttent contre la violence à l’égard des femmes ont créé des abris dans le cadre de leur stratégie globale. L’ONG suédoise ROKS, qui compte 140 centres d’accueil indépendants, est une organisation faîtière dont le seul objectif est de fournir des centres d’hébergement aux victimes de la violence. Une étude suédoise de 2014 intitulée «Violence et santé» montre qu’en Suède, une femme adulte sur cinq a été victime de violences sexuelles et physiques systématiques et répétées de la part d’un partenaire ou d’un ex-partenaire.

Eau / Environnement / Objectifs de Développement Durable (ODD)

La cible numéro 6 des ODD est «l’Assainissement de l’Eau et l’Hygiène». Les maladies causées par une eau insalubre et des toilettes inadéquates tuent et menacent la santé chaque jour dans le monde.

WaterAid, une organisation internationale à but non lucratif créée en 1981, dispose de bureaux de partenariat en Afrique, en Asie, en Amérique centrale et dans la région du Pacifique. WaterAid s’emploie à mettre en place de l’eau propre, des toilettes décentes et à promouvoir de bonnes pratiques d’hygiène dans les écoles, les centres de santé et les ménages en général.

Dans les zones rurales et isolées, obtenir de l’eau potable, faire la cuisine et se laver est une partie importante de la lourde charge de travail quotidienne des femmes et des filles. Un bon approvisionnement en eau réduirait le fardeau de la corvée quotidienne des femmes. Selon les statistiques de WaterAid, depuis 1981, 25,8 millions de personnes additionnelles ont maintenant accès à de l’eau potable et 25,1 millions à des toilettes fiables dans le monde entier.

Les ressources d’eau potable sont affectées par la dégradation de la santé de la planète en raison du changement climatique résultant de la fonte du pôle Nord, des espèces animales en danger, des ruptures de chaines écologiques, de la hausse des températures de l’océan, du glissement des glaciers, des inondations et des sécheresses persistantes, etc. Des ONG comme Le Consortium International des Droits de L’homme (IHRC) et les Solutions pour

7

le Climat en Caroline du Nord (NCCS) collaborent pour sensibiliser le public au changement climatique, partager l’information et trouver des solutions.

L’Accord de Paris sur le Climat, adopté en 2015, auquel 184 États et l’Union européenne ont adhéré en 2018 (bien que les États-Unis sous le gouvernement Trump se soient retirés), est un effort international en faveur de l’action pour le climat. Les Nations Unies ont programmé un Sommet pour L’action pour le Climat le 23 septembre 2019.

Foi et autonomisation des femmes

De nombreux groupes religieux étaient actifs dans les événements parallèles de la CSW à l’ONU. Cette année, deux groupes bouddhistes de Taiwan (ROC) ont présenté des événements: l’association internationale Buddha’s Lightet la fondation bouddhiste Tzu Chi.

Pendant plusieurs décennies, les deux groupes ont aidé la société taïwanaise par le biais de leur travail bénévole et de l’éducation du public, en créant et en finançant des hôpitaux, des universités, des services de secours d’urgence, des maisons d’édition, des cours de sensibilisation, des services d’assistance, etc. Un panel parrainé parTzu Chi sur «Garantir l’accès à l’éducation pour toutes les filles et les femmes» a souligné l’importance de l’éducation pour les filles et les jeunes femmes dans les zones handicapées par la pauvreté, le manque de développement et / ou les préjugés culturels traditionnels. Le travail de Tzu Chi s’est étendu au-delà de Taiwan et de la Chine continentale et s’est étendu à diverses régions d’Afrique. Buddha’s Light se concentre également sur l’éducation des femmes et des filles à Taiwan, en Inde, en Asie du Sud-est et en Amérique du Sud.

Note finale

L’année 2020 marque le 25e anniversaire de la 4e Conférence Mondiale des Nations Unies sur les Femmes et de son texte phare sur les droits des femmes, Beijing Platform for Action (BPFA – Programme d’action de Beijing). Nous nous attendons donc l’année prochaine à une session d’anniversaire de la CSW fructueuse et bien remplie.

Notes de la réunion du PIWWC à Bled, 2 avril 2019

Par Sarah Lawson
Zoë Rodriguez comme présidente. Nous avons dédié une chaise vide à Nasrin Sotoudeh, une femme iranienne

condamnée à 38 ans de prison pour avoir insulté le chef suprême. Mais nous avons noté une bonne nouvelle: l’écrivaine kurde Zehra Dogan a été libérée.

Compte rendu du congrès de Pune:

Il y avait une prépondérance d’écrivains masculins dans tous les domaines du Congrès international de Pune. Avoir une structure aussi déséquilibrée dans une organisation qui venait d’accepter un ajout à la constitution sur la parité hommes-femmes était un pas en arrière! Tanja Tuma s’est rappelé d’une photo de Jennifer Clement partageant la scène avec dix ou douze hommes à Pune. Zoë a rédigé un document de synthèse et une liste de contrôle pour les congrès et conférences à venir. Zoë a également été chargée de rédiger une politique de harcèlement sexuel pour le PEN International.

Décompte PEN VIDA:

Tous les centres ont été invités à effectuer un décompte VIDA, c’est-à-dire à rassembler des statistiques sur le sexe des lauréats de grands prix littéraires dans leur pays.

8

Slovénie: Tanja a rendu compte du décompte PEN VIDA: prix littéraires slovènes. Ce décompte a révélé des cas criants de déséquilibre. L’important prix Prešeren décerné comme prix de la réussite de vie a été décerné à 62 hommes et 2 femmes durant les 70 dernières années. De même, un prix pour réalisation annuelle a été attribué à 82 hommes et 11 femmes. Depuis 1991, le prix du meilleur roman a été décerné à 27 hommes et 2 femmes. D’autres prix pour des essais, de la littérature pour enfants, de la poésie et du théâtre sont également déséquilibrés. Dans le domaine de la traduction littéraire, plus de femmes ont été honorées. Les bourses d’études et autres subventions étant basées sur ces prix, le déséquilibre se perpétue. La domination masculine dans la littérature commence tôt: à tous les niveaux du programme scolaire, dès l’âge de six ans, il n’y a plus de femmes écrivains!

Zoë a fait remarquer qu’en Australie, le prix prestigieux Miles Franklin Award avait toujours été attribué à des hommes. Pendant trois ans, les listes courtes de concurrents étaient exclusivement masculines, même lorsqu’il y avait des femmes dans le jury. Le décompte Stella (comme celui de VIDA) en Australie a eu un impact. Les rédacteurs masculins ne savaient toujours pas que les critiques étaient principalement des hommes – ils pensaient qu’il y avait un équilibre!

Qu’est-ce qui est faisable pour nous? Nous pourrions au moins vérifier les prix littéraires – le nombre de femmes présélectionnées et le nombre de gagnants. Une fois que nous avons ce matériel, nous devrons l’utiliser pour favoriser le changement.

Zoë nous propose de rentrer chez nous et de commencer à décompte les prix et les publications. Lors du congrès du PEN à Manille en octobre, nous pourrions annoncer les résultats initiaux. Zoë doit envoyer un courrier électronique de suivi à tous les centres PEN. On nous rappelle d’utiliser des feuilles de calcul plutôt que des documents Word.

Du bureau central:

Rebecca Sharkey et Olha Mukha du bureau international ont présenté une suggestion pour un manuel pour les différents comités. Pour le moment, la manière dont les divers comités travaillent ensemble et communiquent entre eux n’est pas claire. Ce manuel serait particulièrement utile pour les nouveaux centres.
Le bureau de Londres dispose de ressources professionnelles; le message d’un comité
serait amplifié s’il provient du bureau international.

Autres sujets:

Le WWC et le mouvement LGBTQ — nous affirmons que le WWC soutient les femmes écrivains, quelle que soit leur identité sexuelle.

Crises au Yémen et en Arabie Saoudite. Tanja dit que le PEN slovène a fait une déclaration à l’ambassade du Yémen. Le PEN slovène essaie de faire venir des femmes écrivains Yemini en Slovénie.

Dans l’attente du congrès aux Philippines:

Alix Parodi suggère une écrivaine suisse allemande, Annett Hug, dont l’étude de doctorat portait sur le genre aux Philippines. La traduction de la littérature féminine dans chaque pays a suscité des préoccupations. Les femmes sont souvent les conservatrices des langues minoritaires.

Plus loin: En 2020, le WWC planifie une réunion au Myanmar; Zoë travaille
avec Ma Thida à ce sujet. Olha dit que cette réunion peut être diffusée en direct ou sur
YouTube. Par exemple, à Lviv, 300 personnes étaient présentes, mais 1 500 personnes ont suivi le streaming en direct.

Merci à Tanja et au PEN slovène pour avoir facilité notre rencontre.

L’écrivaine indienne Vidya Bal parle au congrès du PEN à Pune, 2018

9

Gloria Guardia

En Mémoire: Gloria Guardia

À la suite du décès de la vice-présidente du PEN International, Gloria Guardia, le 13 mai dernier, le Comité des Femmes Ecrivains du PEN International, le PEN lui-même et toute l’Amérique latine, voire une grande partie du monde entier, ont perdu une force considérable pour le bien.

Elle était une écrivaine d’une grande puissance avec de nombreux livres primés dans sa longue liste de publications. Membre de l’Académie Royale espagnole, elle fut également une puissante promotrice de l’Amérique latine, soucieuse de rehausser son image partout dans le monde. Sans Gloria, l’espagnol ne serait probablement pas une des langues de travail du PEN aujourd’hui.

Avant le congrès du PEN de 1996 à Guadalajara, où l’espagnol a finalement été accepté comme langue de travail, la participation de l’Amérique latine au PEN était inégale. Seuls les individus suffisamment privilégiés pour se débrouiller en anglais ou en français assistaient aux

congrès PEN de temps en temps. Ces délégués vivaient souvent en Europe ou aux États-Unis et n’étaient pas rentrés chez eux depuis des décennies.

Le travail de Gloria a rendu possible un grand afflux d’écrivains latino-américains: Martha Cerda, ancienne présidente du Comité des Femmes Ecrivains, Dina Meza du Honduras, dont le témoignage est si important aujourd’hui, Angel Cuadra, que le PEN a connu pour la première fois quand il a été emprisonné à Cuba et tous les autres écrivains latino-américains qui ont enrichi le PEN International au cours des 23 dernières années.

Dans leurs pays d’origine, les effets sont encore plus dramatiques. Les écrivains latino-américains, à travers les centres PEN d’Amérique latine, sont maintenant connectés au PEN International et au monde entier. Ils peuvent donner et recevoir de l’aide au niveau international, essentielle maintenant vu la vague d’assassinats de journalistes dans cette région. Cela contribue à rendre le PEN plus efficace en tant qu’organisation mondiale.

La famille de Gloria est originaire du Panama et du Nicaragua. Elle a également vécu en Colombie. Sa famille avait déjà des contacts avec les personnalités les plus influentes d’Amérique latine. Elle et son mari Ricardo les ont développés. Elle avait un instinct infaillible pour le meilleur dans l’art, la littérature et la moralité, entre autres, et elle promouvait incontestablement la qualité en dépit de toutes objections.

Beaucoup de gens, membres du PEN, écrivains en difficulté, amateurs de littérature et autres, qu’ils le sachent ou non, doivent leur participation au PEN au moins en partie au travail de Gloria.

Maintenant, nous allons continuer sans elle. J’espère que nous avons bien appris ses leçons. Elle voudrait certainement que nous continuions son patrimoine. – Lucina Kathmann, PEN San Miguel

En Mémoire: Clara Franceschetti Canclini

Le Comité des Femmes Ecrivains (WWC) a été attristé d’apprendre le décès le 1er juin de notre collègue Clara Franceschetti Canclini après une longue maladie. Elle était un membre fidèle du comité et nous manquera beaucoup. Elle a été membre du centre Suisse-Romand du PEN pendant de nombreuses années et a toujours été une présence bienvenue aux congrès internationaux du PEN. Au Comité, on se souvient de son intelligence et de son dévouement à l’idée d’un Manifeste des Femmes durant des années avant qu’il ne devienne réalité.

Née en 1940, Clara était une érudite ayant des intérêts très variés englobant l’économie, la politique et la religion. Elle a écrit en anglais et en italien, ainsi qu’en français. Après s’être établie en tant que journaliste économique, elle est devenue une romancière primée, créant une série de romans basés sur la vie de Jules César et un roman intrigant illustrant l’histoire de Moïse.

Clara laisse dans le deuil son mari, le docteur Albert Franceschetti, son frère Franco, ses trois enfants et ses deux petits-enfants.