P.E.N Club Français
FRANCE INTERNATIONAL FRANCOPHONIE LIENS PRIX & CONCOURS PARTENARIATS LA LETTRE NUMERIQUE
ACTUALITE
autour d’ Abdel Kader El Janabi Présentation
Le PEN Club français en partenariat avec (...)
En partenariat avec Les Éditions des (...)
[https://www.actualitte.com/article/...]
Le PEN CLUB français déménage à compter du (...)
Avec le soutien de la SOFIA, le PEN Club a lancé un programme de cahiers consacré à la liberté d’expression. Deux de ces cahiers ont déjà été publiés. Le troisième paraîtra au début de 2015. Ces cahiers avaient été précédés d’un premier cahier réalisé avec le concours de la (...)


Le PEN CLUB français déménage à compter du 7 décembre 2018 au : 99 rue Olivier de Serres 75015 PARIS * MERCI d’en tenir compte (et d’éviter les envois en recommandé).


Georges-Emmanuel CLANCIER, président d’honneur du PEN CLUB français est décédé le 4 juillet 2018. Il sera enterré au cimetière du Montparnasse mercredi 11 juillet après midi à 16h RDV à l’entrée principale 4 Bd Edgar Quinet à 16heures Pour celles et ceux qui souhaiteraient se recueillir devant lui Il est (...)
Contributions littéraires
Le poète palestinien Ashraf Fayad avait été condamné à mort en Arabie saoudite pour apostasie. Ce verdict a suscité une profonde indignation dans le monde, et nous nous sommes joints aux protestations qui se sont élevées. la peine de mort a (...)
PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE (pour voir l’ensemble de la liste, cliquer sur le titre de la rubrique "Ils ont publié". (...)

autour d’ Abdel Kader El Janabi

Présentation de la soirée par Sylvestre Clancier

Cette importante soirée soutenue par SOFIA et La Copie privée a permis en présence de Mona la compagne du poète et de son préfacier Marc Kober de mieux faire connaître et de valoriser les apports considérables du surréalisme arabe à Paris et à Londres au milieu des années 70.

Rencontre littéraire internationale consacrée au Surréalisme arabe à Paris (1973-1975) à l’occasion de la publication aux éditions de l’Asymétrie de l’ensemble des publications parues dans la revue de ce groupe Le Désir Libertaire dont les textes ont été traduits de l’arabe et de l’anglais et réunis par Abdul Kader El Janabi.

Le PEN Club français accueillera le principal protagoniste du mouvement et du groupe surréaliste arabe à Paris entre 1973 et 1975, le poète irakien, Abdul Kader El Janabi. Il sera accompagné par Marc Kober éminent spécialiste et exégète des activités de ce groupe qui réalisa aussi des actions et des publications à Londres avant et après sa présence parisienne. On évoquera également les publications et manifestations des éditions Arabie-sur-Seine qu’Abdul Kader El Janabi a réalisé par la suite après son installation permanente à Paris.

Lors de cette importante rencontre sera également présentée la belle anthologie des poèmes d’Abdul Kader El Janabi traduits de l’arabe par Antoine Jockey, anthologie récemment publiée aux éditions La Crypte, dans la collection « moins les murs » dirigée par Sandrine Ferrer, sous le titre Un pays que je ne verrai jamais. Des poèmes seront lus par l’auteur et par Sylvestre Clancier qui a écrit à propos de cette œuvre exceptionnelle : « La poésie d’Abdul Kader El Janabi s’impose à nous avec la force mystérieuse et l’éclat de l’évidence. Les poèmes qui composent ce recueil parlent au poète que chaque lecteur recèle en son jardin secret. Si les mots sont les restes d’une vie qui n’est plus, si le poème de l’appel et de la révolte qui seul pouvait changer l’homme en l’humain est mort avec Rimbaud depuis déjà un siècle, El Janabi ne désespère pas qu’en ce nouveau siècle notre enfance se réveille resplendissant et que les mots du poète lucide fassent advenir l’humain par-delà la souffrance. »

Né à Bagdad en 1944, Abdul Kader El Janabi a traduit en arabe Paul Celan, Joyce Mansour, William Carlos Williams, Blaise Cendrars et divers poètes internationaux. Il a réalisé pour le public arabe une anthologie de poèmes en prose français et établi une anthologie de la poésie arabe contemporaine, Le poème arabe moderne (Maisonneuve et Larose, 1999). Il a fondé plusieurs revues d’inspiration surréaliste, notamment al-Raghba al-Ibahiyya (Le désir libertaire), An-Noqta (Le Point) et Faradis (Les paradis), interdites dans les pays arabes pour leur approche critique des questions religieuses et sociales. On en comprend l’enjeu capital pour le PEN Club français champion de la défense de la liberté d’expression dans le monde et tout particulièrement en France depuis les terribles attentats notamment à Charlie Hebdo. Abdul Kader El Janabi est l’un des rares poètes arabes à ouvrir un dialogue direct avec les poètes israéliens, en publiant avec Ronny Somek Nés à Bagdad (Stavit, 1998). Son récit Horizon vertical (Actes Sud, 1998) retrace son parcours à la frontière de diverses cultures. Il a édité en arabe une dizaine de livres sur la modernité occidentale dont Une anthologie internationale du poème en prose (Beyrouth, 2015) et Lutte contre le culte du passé : les avant-gardes russes 1910-1930 (Le Caire, 2015). Il a dirigé Arapoética, revue de poésie internationale, et la collection Petite bibliothèque arabe (Paris-Méditerranée). Une première sélection de ses poèmes, Reflet dans un miroir des sables, avait été publiés en 2003 aux éditions L’Escampette avant la nouvelle et importante anthologie Un pays que je ne verrai jamais parue fin 2017 à La Crypte.

Enregistrement :

Zip - 19.5 Mo